Histoire & Chiffres clés

La commune de Fay de Bretagne a une superficie totale de 6 481 hectares. Elle est située à 25 kilomètres au nord-ouest de Nantes et à 35 kilomètres au nord-est de Saint Nazaire, sur le Sillon de Bretagne. Depuis 2002, la commune fait partie de la communauté de communes d'Erdre et Gesvres, et également maintenant du canton de La Chapelle sur Erdre.

Quelques mots d'histoire

La présence humaine à la fin de l'âge de fer sur le territoire de FAY DE BRETAGNE est attestée par la découverte en 1969 des poteries de l'Alnais. La motte du Châtel, disparue, et celle de La Violaye sont probablement des témoins du haut Moyen Age.

Noël Yves TONNERRE et, avant lui, Léon MAITRE ont émis l'hypothèse que le territoire de BOUVRON serait issu d'un démembrement de celui de Fay. A l'appui de leur thèse, ils évoquent le curieux tracé des limites entre les deux paroisses et le fait que le chef-lieu de Bouvron soit excentré.

Aux XIIIe et XIVe siècles, la population augmente avec le défrichement des terres. Cependant, à la veille de la Révolution, la densité est encore faible : 30 habitants au kilomètre carré. Cela s'explique par les nombreux bois et landes qui couvrent encore à l'époque une partie du territoire. La principale seigneurie était La Violaye, les autres seigneuries et terres nobles étaient : La Babinais, Baudouët, La Briançais, Le Châtel, Châtillon, La Joue, Launay, La Marchandais, Maure, La Mordelais, Le Pont Rouault. Toutes étaient vassales de la Chatellenie de Blain. Les cahiers de doléances traduisent une certaine agressivité vis-à-vis du clergé. Sept bénéfices ecclésiastiques appartenaient à des prêtres étrangers à la paroisse et le tiers des dîmes paroissiales revenait aux chanoines de la cathédrale. En 1792, la municipalité de Fay dénonce au Directoire du département le recteur de Bouvron, Siméon Delamarre, qui avait été vicaire de Fay pendant 22 ans.

Le 10 mars 1845, le projet d'une maison d'école communale est annoncé par le Sous-Préfet. Le 21 septembre 1860, 2 classes pour 65 élèves ouvraient alors dans le haut du bourg.

S'en suivit la création de l'école-pensionnat pour jeunes filles en 1869 qui porta le nom d'école Sainte-Anne. Puis en 1910, l'école privée Saint-Martin, ouvrait ses portes avec une centaine de garçons. L'école Sainte-Anne a fonctionné jusqu'en septembre 1986 date de sa fermeture suite au regroupement avec l'école Saint-Martin. Aujourd'hui, celle-ci contient 6 classes élémentaires et 3 classes maternelles.

De son côté l’école communale fermera ses portes en 1965, faute d’effectif. Une nouvelle école publique, l’école Henri Rivière, fut construite pour la rentrée 1986. Depuis elle n'a cessé de s'agrandir pour arriver aujourd'hui à 7 classes élémentaires et 4 classes maternelles.

En 1871, le territoire de Fay est diminué d'environ 2 500 hectares pour former une partie de la nouvelle commune de Notre Dame des Landes. Conséquence immédiate, la population passe de plus de 4800 habitants, à 3669 en 1872.

Comme beaucoup d’autres communes, Fay de Bretagne a payé un lourd tribut lors des guerres de 1914-1918 et 1939-1945. Une particularité cependant, d'août 1944 à mai 1945, Fay de Bretagne est scindée en deux : l'ouest du territoire est intégré dans la « poche de Saint-Nazaire» sous contrôle allemand, et l'est est occupé par les alliés et les Forces françaises de l'intérieur. La partie ouest ne sera libérée qu’à l’armistice de mai 1945.

En ce qui concerne la population de Fay de Bretagne, elle n’a cessé de diminuer de 1872 jusqu’en 1975 (1947 hab), puis à commencer à croître à nouveau pour atteindre en 2018, un peu plus de 3600 habitants.

L’agriculture a toujours été très présente sur la commune. Si le nombre d’exploitations a bien diminué, la surface cultivée n’a guère changé. Et Fay de Bretagne compte encore une bonne quarantaine d’exploitations.

Les commerces quant à eux, très nombreux dans le bourg il y a quelques dizaines d’années, ne sont plus les mêmes. Toutefois subsiste une vie commerciale et artisanale intéressante, qui devrait continuer de se développer du fait de l’accroissement constant de la population.

En lien avec cet accroissement de la population, les équipements (site des étangs, salle de spectacles, salle de sports…) et les services tant communaux (enfance, jeunesse, restauration scolaire…) que privés (services médicaux, paramédicaux…) se sont beaucoup développés ces 25 dernières années.

Tous ces éléments ajoutés à une vie associative riche et diversifiée, que nous vous invitons à découvrir dans les pages suivantes, font de Fay de Bretagne une commune attractive et agréable à vivre.

Fay de Bretagne dépend du canton de la Chapelle sur Erdre 

Fay de Bretagne est rattaché à la communauté de communes d'Erdre et Gesvres 

 

 

Les chiffres clés

  • 6 481 hectares
  • 500 enfants scolarisés
  • 145 km de routes communales
  • 58 km de sentiers de randonnées
  • 3 itinéraires de randonnées 
  • 67 entreprises
  • 42 exploitations agricoles dont la majorité dans le domaine laitier
Population recensée par l'INSEE
Année201720112006199919901982
Nombre d'habitants recensés362132782963248923282175

Informations annexes au site